La grève des Huissiers continue de belle manière

La chambre nationale des huissiers de justice de Guinée maintient toujours son mot d’ordre de grève jusqu’à nouvel ordre. Elle conditionne la levée ou la suspension de ce débrayage par la satisfaction de ces points de revendication.

Dans une correspondance adressée au ministre de la justice en date du 6 mai dernier, cette branche a énuméré un certain nombre d’inquiétudes.

Dans une interview accordée à notre rédaction  Aboubacar Camara vice-président de la chambre nationale des huissiers énumère ces points de revendications en cinq points.

– la signature du nouveau statut des huissiers de justice de Guinée pour une organisation professionnelle garantie.

– la libération du confrère Lansana Salifou Soumah arrêté et placé en détention depuis le 2 mai 2019. Une liberté déjà obtenue.

– la cessation de toute forme d’arrestation et d’interpellation des huissiers de justice sans l’implication de la chambre nationale des huissiers de justice de Guinée en vue d’une protection professionnelle.

– la suppression de la réquisition du parquet pour éliminer toute forme d’obstacle ou de retard dans l’exécution des décisions de justice.

– l’implication du ministre de la justice en vue de permettre aux huissiers de justice de requérir directement la force publique pour l’exécution des décisions de justice conformément à l’article 29 de l’acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d’exécution de l’OHADA.

Ce débrayage depuis son déclenchement le 13 mai dernier à paralysé selon notre interlocuteur l’appareil judiciaire du pays. ‘’ Les huissiers sont au début et à la fin de toutes les activités judiciaires, actuellement les tribunaux ne peuvent recevoir aucun dossier et aucun appel ne peut être fait par les avocats’’.

Dans une interview accordée ce mardi à nos confrères de la british broadcasting coopération BBC, le porte parole du ministère de la justice affirme que le département a déjà entamé les négociations avec cette chambre et une issue favorable sera trouvée bientôt à la crise. Une information que le numéro deux de la chambre des huissiers dit n’être informé d’aucune négociation entre sa structure et leur département de tutelle.

Affaire à suivre

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
6 + 24 =